Un mercredi avec Magritte

J’ai parfois tendance à l’oublier. Nous vivons à proximité de la capitale et ce qu’elle a à nous offrir en matière d’art pictural est tout juste exceptionnelle. Alors, comme cette année est ma dernière année à temps partiel j’ai décidé d’accorder un mercredi par mois rien qu’à moi et Bérénice pour explorer les grands mouvements de l’histoire de l’art. L’idée est toute simple : on dépose le cartable à midi et on file à Paris.

161005 pompidou magritte calder paris Un mercredi avec Magritte

Pour ce premier mercredi en tête à tête, j’avais très envie de retourner à Beaubourg (la dernière fois remonte à plus de trois ans). Je me suis dit qu’elle apprécierait la vue exceptionnelle sur la ville et la liberté de l’esplanade. Je trouve aussi que le centre Pompidou est un lieu ouvert, plein d’espace et de couleurs. Enfin et surtout je reste intimement persuadée qu’il n’y a pas meilleur spectateur que l’enfnat devant l’art contemporain. Pas de code, juste des ressentis. Je pourrais vous en reparler plus longuement mais pouvoir partager avec elle nos impressions autour d’un Klein ou d’un Beuys m’a réellement touchée.

161005 pompidou paris magritte Un mercredi avec Magritte

Mais revenons à nos moutons, nous avons profité de cet après-midi pour aller voir l’exposition Magritte La trahison des images. Je dois dire que je ne suis pas forcément très fan du surréalisme mais j’ai pensé que ça pourrait être amusant de confronter nos points de vue avec Bérénice. Et sincèrement, c’était carrément sympa 🙂

161005 magritte pompidou paris Un mercredi avec Magritte

Les images de Magritte sont déroutantes et c’est en cela que j’ai aimé parcourir l’exposition accompagné d’une petite fille de 6 ans. Les codes esthétiques et sémantiques sont mis à rude épreuve  mais visiblement tout cela n’a pas choqué une seule seconde Bérénice.

161005 pompidou magritte Un mercredi avec Magritte

Bien entendu, il y a eu des moments d’interrogations, on a pris le temps d’y réfléchir, d’émettre des hypothèses, certaines loufoques, d’autres plus plausibles. C’était rigolo.

161005 magritte pompidou exposition Un mercredi avec Magritte

René Magritte, Les vacances de Hegel, 1958. Huile sur toile, 60 x 50 cm Collection particulière
Bérénice m’a également beaucoup demandé de lire les mots disséminés au sein des oeuvres ainsi que leur titre . A l’heure où elle commence à apprendre à lire, j’ai trouvé intéressant de lui expliquer qu’on pouvait aussi faire une lecture visuelle.
Avec un titre comme Décalcomanie, cette toile ne pouvait que susciter la curiosité de ma fille.
161005 pompidou magritte exposition Un mercredi avec Magritte
On a parcouru le catalogue de l’exposition et ce fût l’occasion pour ma grande de découvrir d’autres artistes qui se moquent des représentations visuelles. Chema Madoz est un photographe qui a interpellé Bérénice avec sa cuillère et son ombre en forme de fourchette.
161005 pompidou chema madoz Un mercredi avec Magritte
Le petit plus de cette exposition c’est qu’elle est vraiment à échelle humaine et que nous avons sans doute eu la chance de ne pas voir trop fréquenter.
161005 magritte exposition pompidou Un mercredi avec Magritte
Nous avons évidemment fini notre parcours surréaliste par un petit détour à la librairie. Je vous laisse avec une petite sélection de titres qui ont bien retenu notre attention.
Le cahier d’activités farfelues de René Magritte. – Elisabeth de Lambilly- Centre Pompidou (MNAM jeunesse).

Magritte le livre animé de José Pons et Brigitte Stephan.- Palette

Magritte : de l’autre côté du miroir de Caroline Larroche.- Palette  (Artimini)

161005 magritte pompidou paris livres Un mercredi avec Magritte
Bilan de cette journée : on refera ça c’est certain, j’ai d’ailleurs plein d’autres idées de promenades culturelles. Voici mon début de planning si cela peut en inspirer d’autres !
161005 pompidou paris abstrait Un mercredi avec Magritte
> Absolument aller voir l’exposition Icône de l’art moderne qui réunira Les musées de l’Ermitage et Pouchkine à la Fondation Vuitton : un événement qui ne se reproduira sûrement pas avant un bon bout de temps. (imaginez Le cri de Munch, la Danse de Matisse, et j’en passe…)
 > Pénétrez le mythique théâtre Amandiers à Nanterre et aller y voir un spectacle jeune public (il faut que j’épluche la programmation)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

À lire sur le même sujet

4 Commentaires

  • Je suis d’accord avec toi , la vue de Pompidou est sublime. Quand j’ai débarqué de ma province, j’ai été époustouflée par ces toits. J’avais l’impression d’être Mary Poppins.
    J’aimais beaucoup aller au centre Pompidou avec mes filles quand elles avaient l’âge de Bérénice.
    Au début de leur adolescence, elles ont un peu boudé ce lieu. Un jour, on est allé voir Arman et elles m’en ont voulu de les avoir amené voir un artiste qui mettait des objets dans des cadres. 😀
    J’ai toujours cru qu’en les éveillant tôt à l’art, je n’aurai pas ce souci à l’adolescence ! 😀
    Maintenant, ça va mieux.
    Je vais essayer d’aller voir l’expo Magrite, j’aime beaucoup et tes photos m’ont donné envie.
    Et peut être que mes filles viendront avec moi ! 😀
    En tout cas, c’est chouette ces mercredis culturels avec ta fille.
    Bonne soirée !

  • Ci-san dit :

    Cette expo est sur ma liste aussi. Je trouve que le surréalisme c’est top pour les enfants car c’est complètement loufoque. Ca leur permet de laisser libre cours à leur imagination.
    La vue et l’esplanade valent le détour à elles-seules. J’ai toujours bien aimé cet endroit.

  • bonnie parker dit :

    j’adore ce lieu, il offre tellement de belles choses (expo, vues, …)
    Quelle chance d’avoir pu faire l’expo Magritte 🙂

  • Chouette décision pour le mercredi chaque mois à passer avec ta grande 🙂 Et merci pour cet aperçu… ça fait bien trop longtemps que je n’ai pas mis les pieds à une expo! Il faut que j’y remédie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *